Pages

Les roses de Juin

 

   

Qu'il est bienheureux le temps venu de sa floraison  : ce rosier ne fleurit qu'une fois dans l'année, mais son efflorescence est éblouissante. Les roses abondent en cascade et viennent retomber en charmantes bordées de part et d'autre du porche. Leur éclat écarte les ombres profondes de ce coin exposé au Nord et leur douce fragrance rassure et guide les premières envolées des petits oiseaux nouvellement nés qui reviennent souvent s'abriter au dessus de l'épaisse frondaison .

 
 
  
  








   



 












I am grateful......




Il porte bien son nom ce joli rosier et je lui retourne le compliment. Cette année il a gratifié le jardin d'une opulente et hâtive floraison. "I am grateful" est d'une nature accommodante, peu fragile, amène avec son voisinage et d'humeur égale dans son fleurissement  jusqu'aux derniers jours de septembre. Sur sa tige, un bouquet déjà savamment composé de pétales juponnant en  tournure soyeuse.


Sa sophistication s'accompagne des fleurs légères poussant à la grâce du vent  et des graines déposées au passage des oiseaux.  Ce tapis crée un sillage miroitant jusqu'à l'orée du bois ,composé de marguerites, géranium lierre , de quelques tiges de lin et de mes fameux heuchères  ou "désespoir du peintre" appelées ainsi en raison de leurs fleurs tant minuscules que profuses. De ce petit monde frémissant surgissent les  élévations d'abord plus modestes des lupins puis les cyprès et eucalyptus. Une vue "aérienne " vous en trace les coordonnées et contours. Bonne visite !



 
 




 
 


 

 

 
 





Un petit Exochorda chez soi

EXOCHORDA
En voilà un qui me ravit chaque année par sa floraison opulente et son parfum incomparable . Il commence par former des grappes de perles tombant en longue traine,  puis se déploie au moindre soleil. Il est le premier vrai signe que la saison est au printemps et que la température prend de la douceur. Il accompagne les jolis verts frémissants des buis qui se couvrent bien vite de petites feuilles absinthes. De la fenêtre je l'aperçois jusqu'au crépuscule raviver gracieusement le ciel de ces efflorescences blanches, le matin il accueille les premiers visiteurs ailés qui chantent à tue-tête sous sa frondaison