A l'ombre de l'été


 

 L'été, ce roman tout entier ouvert dans la tiédeur d'une ombre fleurie, bercé de senteurs de lavandes et de roses mêlées. Je me réjouie de ces levers de soleils précédés du chant rayonnant des oiseaux , de me trouver ainsi au seuil du jour , en sa délicieuse promesse alors que les premiers rayons pénètrent déjà les feuillages, y creusant des nappes d'ombres et de lumières. La lumière s'élève , soudain miroitante et  ailée , elle vient se poser sur les branches des hauts arbres, dardant à l'infini, irradiant profondément les couleurs de l'été. Bientôt au cœur du jour  je me trouverais dans ce recoin de verdure que j'aurais soigneusement choisi , j'y apporterai de la lecture, quelque collation, avancerait une chaise au visiteur qui s'y annoncera bientôt, et  dans la suave étendue de toutes ces heures, nous serons heureux. 














Voici Merlot, petit visiteur du soir, car Monsieur Merlot aime prendre son bain dans une eau tiédie par quelque chaude après-midi d'été, il n'est guère farouche  et semble me reconnaitre un peu mieux chaque jour. Bref , je fais le gué ( pour les chats) pendant que Merlot barbotte  tranquillement .